Le repositionnement

couvreposi2

Le principe 

Les techniques de repositionnement peuvent être diverses mais consistent essentiellement à varier les positions du bébé, à éviter un contact prolongé de l’enfant sur le dos, à limiter les attitudes préférentielles d’un côté grâce la mobilité (une plagiocéphalie est souvent associée à un torticolis ou à une attitude préférentielle). Enfin, il est important aussi d’éviter les positions bloquées et statiques pendant de nombreuses heures. L’alternance en est la clé, tout cela dans le respect du développement du bébé.

A savoir que si l’enfant présente une plagiocéphalie dans les premières semaines de vie, il convient particulièrement d’éviter les transats, les cosys, de favoriser le portage, les périodes d’éveil sur le ventre pour le jeu… (dans la limite du temps recommandé cf tableau) pour éviter que la déformation ne s’installe ou ne s’aggrave.

Ces techniques sont surtout efficaces les premiers mois.

A partir de quand ?

Dès que bébé est là, il est important d’être vigilant à son positionnement. Pour un tout petit, cela se fait en douceur et dans le respect de sa physiologie et de son développement moteur. Au fur et à mesure qu’il grandit, le repositionnement s’adapte avec les évolutions motrices de celui-ci. La motricité libre fait intégralement partie de ce processus, et prend de plus en plus d’importance au fil des mois.

Pourquoi ?

Au départ, bébé dort énormément et passe beaucoup de temps en décubitus dorsal, dans une position statique ou presque. Bébé a le crâne encore très malléable, et les petits traumatismes de l’accouchement sont encore présents (blocages éventuels,  sortie instrumentalisée, travail long…) De plus, au départ, les temps d’éveil sont peu nombreux, et ils sont, de ce fait, primordiaux. Être attentif au positionnement de son bébé a plusieurs effets. Déjà, cela permet d’être attentif à bébé lui même : l’observer, et être certain qu’il n’a pas de blocage au niveau du cou, dans sa mobilité en général, pas de torticolis, et qu’il va bien.
Lui proposer des variations de positions dès le départ contribue à prévenir  les déformations crâniennes positionnelles et permet également de favoriser son développement psychomoteur.  Il appartient aux familles de panacher entre toutes les techniques pour entrer dans un quotidien qui aidera le nourrisson et son bon développement.

Dans les faits,  cela donne quoi ?

Voici quelques exemples en image des positions qui peuvent être données en fonction de l’âge et du développement de l’enfant. Nous développons ce point par la suite.

repoimages

Tenir compte du développement de bébé pour bien repositionner

Voici une grille type de ce qui peut se retrouver en terme de développement classique de l’enfant. C’est une indication et en aucun cas une généralité. Il existe des grandes disparités entre les enfants, chacun ayant son rythme, cela peut repousser certaines choses de quelques temps. C’est toutefois un indicateur.


foetale1De 0 à 1 mois :
Hypotonie, cyphose dorsale, position foetale, réflexe d’agrippement attentif aux sons.

.

.


Vers 2 mois :tete45
tenue de tête quelques secondes puis retombe, sur le ventre, en appui sur ses avant-bas, lève sa tête à 45°, réflexe d’agrippement moins visible, petites vocalises, attentif aux couleurs vives, aux choses en mouvement.

.


bebe3moisVers 3 mois :
Regarde sa main, s’intéresse à son corps, saisit un objet au contact de sa main (préhension de contact où la vue n’intervient pas). Sur le dos : flexions et extensions des membres inférieurs. Sur le ventre en appui sur les avant-bas, lève sa tête de 45 à 90°. Gazouillis.


attrapeobjetVers 4 mois :
Assis sur les genoux des parents, tient sa tête. Sur le dos, essaye de rouler « dos-côté ». Sur le ventre, tient sa tête à 90°. Essaye d’attraper des choses avec ses mains. Peut jouer avec un objet style hochet mais le perd souvent. Eclats de rire, beaucoup de gazouillis.



avion
Vers 5 mois :
Sur le dos, il pédale. Sur le ventre, en appui sur les avant-bas, se positionne en hyper extension, fait l’avion. Essaie de se retourner ventre-dos. Objets à la bouche, début de la préhension volontaire. Commence les « agueu ».

.


trepiedVers 6 mois :
S’assoit en trépied. Sur le dos, il attrape ses pieds et essaye de rouler « dos-ventre ». Sur le ventre, appuie sur ses mains. Debout fait des fléxions (sauteur). La préhension globale est acquise.

.


piedboucheVers 7 mois :
Si bébé est assis sans soutien, il tend ses mains vers l’avant (stade du parachutiste). Sur le dos, met les pieds à la bouche. Sur le ventre, met le poids du corps sur une main pour saisir un objet. Commence le relâchement volontaire d’objets, début de préhension en pince, premières syllabes (ba, da…)



assis
Vers 8 mois :
Bébé tient assis sans soutien. Sur le dos, peut s’assoir seul en passant par le côté. Sur le ventre, commence le 4 pattes. Imite des sons.

.

.

.

.


appuileveVers 9 mois :
Se lève tout seul à l’aide des meubles ou d’un support. Assis, il pivote sur ses fesses. Sur le ventre rampe. Syllabes doublées. Jette les objets.

.

.


chevalierVers 10 mois :
Fait du 4 pattes, se met debout en prenant la position du chevalier servant.
Pince supérieure plus fine.
Papa et Maman bien différenciés.
Fait au revoir de la main.

.

.

.


meublingVers 12 mois :
Marche de l’ours, début des premiers pas avec appui.
Pointe du doigt. 
Emboîte des objets.

.

.

.

.



1erpassite2Vers 15 mois :
Marche seul, se met debout sans appui, monte l’escalier à 4 pattes.
Tient sa cuillère, gribouille.
Perfectionne son langage.
Demande l’objet en pointant du doigt.

.

.

.


Comment repositionner ? Quelques idées supplémentaires

Tout petit – pendant les 3 premiers mois

ventreventre> Une manière agréable pour commencer le repositionnement peut être de vous allonger sur le sol ou un canapé et de placer votre enfant sur votre poitrine.
Votre regard et votre contact le rassureront !

.
.

ventrejouet> On peut allonger bébé sur le ventre en positionnant plein de jouets devant lui.
Il faut faire en sorte qu’il s’appuie alors sur ses avant bras et essayer de l’inciter à relever la tête. Pour cela des jouets de type miroir ou boîte à musique avec des personnages qui tournent peuvent aider, car cela fascine souvent bébé.
.

rouleserviette2> Lorsque bébé est tout petit et qu’il a du mal à soulever sa tête, on peut l’aider en plaçant une serviette de toilette roulée sous ses bras. Quand il saura mieux relever sa tête, il sera alors intéressant d’enlever la serviette, puisque ça lui permettra de fortifier davantage son maintien sur les bras.
.

genoux2> Vous pouvez positionner votre bébé sur vos genoux, perpendiculairement à votre corps. Cela devrait l’inciter à soulever sa tête et à regarder à droite et à gauche.

.

.

Un peu plus grand, de 3 à 5 mois

jeuxdroitegauche> Quand votre enfant devient plus fort sur ses bras, il va commencer à prendre de l’aisance et à essayer d’attraper les objets à sa portée. Pour l’encourager, n’hésiter pas à disposer devant lui, à sa droite et à sa gauche ses jouets préférés. Cela l’incitera à tourner la tête à droite et à gauche.

.

A 5 et 6 mois

genoux3> Lorsqu’il est un peu plus grand, vous pouvez vous allonger sur le dos et porter votre enfant sur vos jambes. Tout en le tenant avec vos mains, vous pouvez le soulever et le descendre doucement.

.

avionbrasTout en tenant votre enfant sous le ventre ou par les hanches, jouez à l’avion avec lui en le faisant « voler » et en l’incitant à redresser sa tête et son corps.

.

.

Une brochure de Cranial Technologies, reprend quelques positions, vous pouvez la télécharger ici
.

Particularité du biberon

Bien penser à alterner les positions d’alimentation à chaque repas comme on le ferait avec une alimentation au sein.

photorepoBib4


On limite voire on évite :

On ne laisse pas dormir un enfant dans un dispositif de transport type cosy et on évite de se servir de ces dispositifs pour poser l’enfant plusieurs heures. On limite l’utilisation du transat à de l’usage ponctuel aussi.

Soyez attentif à la position de tête de bébé. Si  elle est toujours inclinée, consultez vite un ostéopathe et un kinésithérapeute pour vérifier ce qui peut gêner bébé.

Particularité du ventre :
comment ça fonctionne, qu’est ce qu’on peut faire ?

tableautummy

posventre

La motricité libre, en quoi consiste ce concept ?

La motricité libre, c’est laisser l’enfant acquérir naturellement, sans intervention de l’adulte, les différentes positions inhérentes à son développement moteur en le laissant se mouvoir librement.

Repositionnement et motricité libre, est-ce compatible ?

Le repositionnement est juste une logique dont la motricité libre fait partie à part entière.
Lorsqu’on repositionne, il est demandé de respecter au mieux l’évolution motrice de l’enfant de ne pas entraver son développement mais plutôt d’être attentif à la variation des positions proposées, changements qui doivent être fréquents et réguliers dans la journée, tout en essayant au maximum de laisser l’enfant se mouvoir. Un des points importants du repositionnement en plus de la variation, est d’éviter les stations longues dans des équipements de types transat, cosy, dans des positions qui bloquent la mobilité de l’enfant (notamment pouf, coussin englobant…) et de proposer à l’enfant différentes choses, dos, bras, portage etc… On y retrouve donc des intérêts communs. Motricité et repositionnement ne sont pas incompatibles, mais il convient de panacher un peu tout pour réussir à laisser l’enfant acquérir son développement moteur, et protéger sa tête.

La motricité libre en images

motricitelibre1bis

motricitelibre2Bis

Motricité libre et déformation positionnelle déjà présente ?

En cas de déformation positionnelle déjà présente, les professionnels s’accordent à dire qu’il est moins évident de faire pleinement la motricité libre car il conviendra de limiter les impacts sur la région qui s’aplatit chez le tout-petit (avant 3 ou 4 mois). Le repositionnement doit s’adapter et se renforcer en fonction du type de déformation.

NB : il est impossible d’expliquer ici, en détail, toutes les subtilités du repositionnement ni toutes les étapes de la motricité du bébé, sans compter les cas particuliers (hypertonie, hypotonie, bébé reflux etc). Pour plus de renseignements, voir avec un professionnel compétent. 

Pour aller plus loin

Téléchargez notre plaquette sur le repositionnement et le portage au format lecture ici et au format impression ici.

(C) Association Plagiocéphalie Info et Soutien - Tous droits réservés
Toute utilisation des informations du site ou reproduction des images sans autorisation de l'association est interdite.